mercredi 9 octobre 2013

Sagesse, désirs, idéaux, et plein d'autres trucs pimpants

Il faut croire que mon prof de philo a beaucoup trop d'influence sur mes pensées.
Bref, je vais commencer par te parler du bonheur. T'inquiète pas, ça a un rapport avec les trucs pimpants promis plus haut.

L'ennemi numéro un du bonheur, c'est l'insatisfaction. L'insatisfaction provient du désir. Afin d'être pleinement heureux, il faut donc limiter les désirs à des choses simples : manger, boire, dormir, entretenir quelques amitiés, bref, le strict nécessaire. Ceci s'appelle la sagesse. Le sage se contente de ce qu'il a, de ce qui est, et ne va pas chercher à avoir plus.

Je ne suis pas fondamentalement contre la sagesse version Épicure, mais en fait, elle ne peut s'appliquer que dans un monde parfait. Ou alors je suis trop conne pour être sage, au choix. 
Parce que je sais pas toi, mais j'aime mon insatisfaction si elle me permet d'avoir envie d'améliorer les choses. Le désir, c'est ce qui fait agir l'être humain. Un désir de liberté, de vérité, de justice, fait agir l'être humain pour ces choses. Alors soyons stupides, agissons en vain peut-être, et soyons idéalistes.

Surtout, ne devenez pas sages.

14 commentaires:

  1. Typiquement INFP de vouloir améliorer le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Typiquement INTP de vouloir faire chier le monde <3

      Supprimer
  2. OMG j'ai lu un texte d'Epicure en cours pas plus tard que la semaine dernière, et j'ai pensé exactement la même chose! Personnellement, ce bonheur décrit par Epicure me semblait être un bonheur vide et sans saveur. C'est vivre à moitié, finalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Perso, j'ai trouvé que c'était un bonheur "par défaut". Tu ne souffres pas, donc, tu es heureux. Mais c'est un peu un bonheur fade.

      Supprimer
  3. Personne : je suis INTP, mais je veux aussi l'améliorer x) Faut arrêter de ranger les gens dans des cases, c'est pas parce que je suis INTP que je vais pas être Idéaliste ; de même, ce n'est pas parce qu'elle est INFP qu'elle va être idéaliste (enfin : si, parce que c'est leur caractéristique première, mais vous voyez ce que je veux dire ^^)

    Quant à Épicure, je ne le rejetterais pas si vite : derrière sa réflexion, il y a, je pense, une question juste. N'y a-t-il pas des choses, dans nos désirs, qui sont non nécessaires, futiles, exagérés... de trop ?

    À part cette petite nuance, j'adhère pleinement à ton raisonnement. Et j'admire ta concision et ta synthèse (un doublement de mot qui indique bien que je n'ai ni l'une, ni l'autre de ces qualités...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (pour répondre à la place de Personne (parce que je suppose qu'il a la flemme), c'était du sarcasme. Ou de l'ironie. Enfin, un truc du genre. Sinon, je suis d'accord que t'es pas obligé d'être INFP pour vouloir changer le monde, même si techniquement ces bestioles sont les plus idéalistes).

      J'ai pas dit que tous nos désirs étaient grands, respectables, effectivement, il y a du futile, mais pourquoi n'aurait-on pas le droit à un peu de futilité ? (pas forcément en allant dans la démesure, mais un peu ne peut pas faire de mal). Genre juste histoire de se faire plaisir, un peu.

      La concision, ça s'appelle aussi la flemme d'écrire plus que mon raisonnement pur (et c'est drôle parce que j'admire non-concision, personnellement ^^)

      Supprimer
  4. Heu... Je suis la seule à me demander ce que veut dire INFP et INTP ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MBTI ? Non, bon, j'arrête. INFP, INTP, ce sont deux profils d'un test de personnalité établi par Jung (si ma mémoire me fait pas défaut, ou alors il a juste bossé dessus un moment) qui s'appelle le MBTI.

      Supprimer
  5. J'aime ta façon de penser et je suis d'accord avec toi. Je pense comprendre la façon de penser d'Épicure, mais je ne la partage pas. C'est comme se dire "je ne vais pas aimer, car l'amour fait souffrir". Ok, mais ça apporte tellement de sentiments forts qu'il serait bête de s'en passer...En fait, la théorie d'Épicure, c'est plus un moyen de ne pas être malheureux qu'un moyen d'être heureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une façon de pas être malheureux qui te prive de beaucoup de choses de la vie (l'exemple que tu as donné était parfait)

      Supprimer
  6. bonjour,
    heu, en lisant ton article, je m'y perds. Alors je te propose une autre vision, elle diffère en vocabulaire de ce que tu écris : on a des besoins de base (manger, boire, structure, reconnaissance, etc.). Un besoin non satisfait, et c'est l'insatisfaction de ce besoin, il crée le désir (voire pire). Nous sommes des êtres de désir.

    Le bonheur, c'est un sentiment, fugitif : nos vécus sont par essence dynamiques. Pour moi, le bonheur n'a pas d'ennemi.

    Pourquoi chercher le bonheur ? Et puis quel bonheur d'abord ? Le chercher pour fuir ce qui nous fait nous sentir inconfortable, pour ne pas être en contact avec/ou ignorer notre besoin insatisfait ? En te lisant, je réalise que je suis heureux, entre-autres, dans la douleur de mon besoin insatisfait quand je suis en contact avec ce besoin, avec ce manque ; alors je peux agir, changer. Je me dis "c'est super dur ce qui se passe, mais je suis conscient de ce qui se passe et en contact avec mon intérieur". J'aime bien cette idée, alors je te remercie de ton texte !

    Quant à la sagesse, j'imagine que chacun en a sa propre idée. en ce qui me concerne, c'est être pleinement en lien et en accord avec moi même et donc accepter les frustrations que la vie m'amène tant qu'elles sont compatibles avec mon système de valeurs, m'accepter tel que je suis, accepter l'autre tel qu'il est, sans jugement.

    Alors, ne pas devenir sage ? ch'ai pas toi, moi ça me plait bien.

    un INPF.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha, pourquoi chercher le bonheur ? C'est une vaste question. Mais si le bonheur, c'est la satisfaction de nos manques (ou de nos désirs, ça revient un peu au même), alors limiter nos manques à l'essentiel semble un chemin logique et simple pour y accéder.

      J'aime vraiment ta définition de la sagesse. Même si comme tu le dis, chacun en a sa propre idée, puisque chacun a ses propres valeurs.

      Sinon, être nous-mêmes, sages ou pas sages. ça pourrait être pas mal aussi ^^

      Supprimer
    2. tiens, on m'a lu quelques extraits de "l'âme du monde" de Frédéric Lenoir. Ce livre devrait te plaire !
      un INFP

      Supprimer