mercredi 28 septembre 2016

Et le nivellement par le bas m'est tombé sur la tête

Je t'avertis dans cet article je vais me plaindre et être triste.


Cette année on a réformé ma licence.
Donc je me retape un mélange de ma L1 et de ma L2. Soit. On peut toujours creuser encore le romantisme, la rhétorique, la méthodologie du commentaire composé (ha non, ça non). Si vous voulez.
Sauf qu'on creuse pas.
On ne fout rien. Littéralement.
Bon, ils ont ouverts tous nos cours de lettres à des spécialistes d'autres disciplines alors faut bien les rendre accessibles aux autres gens.
Mais on ne fout rien. J'étais toujours à me défendre "oui mais on a beaucoup de travail les lettres c'est exigeant" et c'était vrai et puis maintenant j'ai un seul commentaire à rendre sur le semestre (et environ une dizaine de versions latines mais c'est pas la question) et heureusement que j'ai pris du polonais cette année parce que sinon je n'aurais eu qu'un cours qui exige quelque chose de moi.
Je suis en train de vriller complètement dans ma tête, je passe les cours sur facebook parce que si j'écoute vraiment j'ai envie de hurler, de pleurer et de partir, c'est horrible à quel point c'est violent comme situation. Pour une fille complètement traumatisée par l'école où on s'ennuie, où on ne comprend pas qu'on demande du travail alors que c'est tellement simple (coucou le HQI), c'est ultra atroce à gérer. Ma raison de me lever le matin, aka les cours de littérature, apprendre des choses, vivre de nouvelles expériences intellectuelles, me sentir stimulée, tout ça...C'est mort.

Professionnalisons la licence de lettres et enterrons les gens dedans.

A force de vouloir que je produise quelque chose dans votre société vous allez finir par détruire tout ce que j'aurais pu faire, dire et apporter !

En une seule petite réforme le seul endroit lié à l'école dans lequel je me suis jamais sentie bien est devenu une prison où je m'ennuie. Je n'ai plus de motivation pour abattre du travail, pour lire, pour réfléchir, à quoi bon on ne nous demande pas de le faire. Être là, et encore.

En tant qu'élève c'est ce qui m'a toujours démotivée c'était de sentir que je pouvais donner mon minimum et que ce serait satisfaisant. Je ne me souviens pas d'une seule fois où j'ai ouvert un cahier pour réviser de toute la primaire et de tout le collège. D'une seule fois où j'ai fais mes devoirs, en fait - sauf chez les autres parce que les mamans faisaient faire les devoirs et vérifiaient le cahier de texte. Je n'en ai jamais eu besoin. Au lycée, idem. Les seules matières où j'échouais étaient celles qui demandaient du par cœur et beaucoup de devoir maison (je ne les faisais pas). Je suis la fille énervante qui a eu mention bien au bac en ayant révisé deux heures.
Parce que c'était trop facile pour moi. Je m'ennuyais, rien n'était approfondis assez, ou assez intéressant. J'ai survécu à mes deux premières années de lycée et j'ai haïs aussi fort la terminale parce que ce qui nous tenait lieu de cours de littérature s'est retrouvé décevant au possible (à croire que l'oeuvre au programme c'était les annales du bac).
Et là on recommence ?
Encore ?
Encore l'ennui, encore les heures où on voudrait être ailleurs, les yeux qui se perdent ailleurs, loin, le livre qu'on écrit en cours, les cours qu'on écrit pas, et on s'en sortira quand même, l'épuisement mental, l'insomnie - la vie est vide et noire - l'envie d'arrêter et de partir vivre dans le bois ?

Faire contre mauvaise fortune bon cœur TOI MÊME.

Vomir-hurler.


Je hais cette réforme !
Je hais qu'on ait détruit ce qui faisait le cœur de ma vie et qui me remplissait de joie !
Je hais ce que ça veut dire, qu'on détruise les lettres. Je hais qu'on me signifie qu'il n'y a pas de place dans cette société productiviste pour des bizarres comme moi qui se passionne pour la littérature (elle a des rapports avec tout, la littérature, bande de.), je hais cette envie de pleurer et de taper des poings - l'injustice !

J'ai l'impression de payer trop cher l'impopularité de ma filière. Pour moi c'est pas juste une voie pour aller en école de journalisme, pour faire de l'info com, pour être bibliothécaire, éditrice, que sais-je. C'est ce qui m'anime. Ce qui me fait vivre et ce qui me donne envie de vivre.

Et sans ça je meurs. Loin. Au fond.
J'ai appris à aimer la vie et à croire en l'avenir parce que ce chemin s'ouvrait à moi.
Et il a fallut qu'on l'enlève ?!
Et il faudrait qu'on s'assoie et qu'on se taise parce qu'on est pas assez ?
Qu'est-ce que je peux faire, moi ?
C'est ça qui me tue, qu'est-ce que je peux faire sinon continuer en attendant que l'orage passe ?
S'il passe.

8 commentaires:

  1. C'est absolument dramatique... les profs nous ont aussi parlé de cette réforme, en nous disant que dans notre filière du coup, avec des histoires de majeures et de mineures, ils allaient possiblement se retrouver à donner des cours de L3 à des gens qui n'avaient jamais fait d'Histoire... du coup il faudra tout reprendre au début, et ceux qui auront pris Histoire en majeure à chaque semestre vont s'emmerder. Heureusement je suis en L3 cette année, donc je suis passée entre les mailles du filet...

    Au lieu de niquer une filière parce qu'il y a peu de monde ils devraient donner envie aux gens d'y aller...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la même chose de notre côté...Au final à force de vouloir décloisonner les filières tous les "spécialistes" de cette matière vont se retrouver à ne plus l'être du tout, et ça n'aura plus aucun sens d'avoir un diplôme de telle ou telle filière parce qu'il n'y aura rien dedans. Idem, je suis en L3 alors c'est pas aussi catastrophique que si j'étais arrivée en L1 cette année mais c'est ridicule comme système.

      Et puis même, on devrait faire passer l'intérêt des gens qui savent déjà faire ça avant l'intérêt potentiel des gens qui vont prendre ces cours en option.

      Supprimer
    2. S'ils veulent attirer les gens qui ne savent pas quoi faire plus tard ils peuvent ouvrir une filière généralisante (un peu sur le modèle de HMC) au lieu de foutre la merde dans une autre...

      Supprimer
    3. S'ils veulent attirer les gens qui ne savent pas quoi faire plus tard ils peuvent ouvrir une filière généralisante (un peu sur le modèle de HMC) au lieu de foutre la merde dans une autre...

      Supprimer
  2. J'étais passée à côté de cet article et j'avoue ne pas m'etre rendue compte du drame. J'ai pas eu trop d'écho de votre côté de la licence à part pour la langue de Moyen Age donc je ne me rendais pas compte mais....je sens que je vais me jeter par la fenetre l'année prochaine.
    Déjà cette année ils nous ont fait un peu la même avec certains cours mais au moins une partie de notre programme ne change pas et notre directeur de licence tiens le coup pour notre projet du semestre donc ça va, je suis encore pas trop partie pour l'echec (parce que oui, moi ça va tourner à l'echec si je suis pas motivée).
    Mais l'idée de me retaper la même chose en lettres que els années précédentes bin...ça me donne envie de gerber, de tout laisser tomber et c'est plutôt dommage quand on sait que j'ai ruiné ma santé pendant deux ans pour cette maudite double licence.
    Au moins la réforme et sa fouttue suppression de licence a eu ça de bon, elle m'a pas tué sous le travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça va un peu mieux après les premières semaines, on s'habitue, mais honnêtement au début c'était atroce.
      Puis y'a des cours qui changent simplement c'est les cours où on étudie les textes donc ceux qui me passionnent pas tellement.
      C'est vrai que tu as l'air un peu mieux que les autres années. Moins épuisée.

      Supprimer