lundi 17 octobre 2016

Je ne sais pas écrire hors de moi

Aujourd'hui je te partage un poème parce que j'ai pas trop de cuillères pour les articles compliqués et que je me bats contre Juvénal et ses Satires qui sont impossibles à traduire - vraiment impossibles.

Si je savais écrire.
J'écrirais sur tout.
Je parlerai de la formation des romans. Parce qu'ils ont formé ma vie. Et j'aime ce lien de miroir.
Je veux fondre en larmes.

J'ai défendu mon côté atypique tout en restant dans une confortable écriture de moi
Et je
Continuerai.
Je n'écris qu'en boucle, qu'en boucle autour de moi - Et les cercles de plombs se fracassent en silence.
Et dans mon malheur je n'ai pas l'apanage de l'originalité - J'existe et j'ai mal
Elle l'a dit avant moi, mon cas n'est pas unique.

Mélanger les voix.
Je suis imprégnée de Simone de Beauvoir, de Violette Leduc, et de Virginia Woolf.
Je suis une romantique quoi que j'en dise et je cris mon mal du siècle et je suis las viejas poetas qui sont seuls à souffrir, seuls au monde, pour qui le boulanger n'existe pas. Pourtant le paradoxe, je suis toutes ces existences, je les aime toutes, je voudrais toutes les dires et toutes leur donner la parole à travers moi.
Je n'écrirais jamais l'abstraction.
Je ne suis pas l'abstraction.
J'existe violemment, dos à dos contre tout le monde parce que l'existence des autres interdit la mienne.
Et je sors mon poème ou mon couteau.

Je suis un poème qui marche et qui s'écrit au fil des pages.
Je suis le cœur de mon mystère.
La rencontre des autres m'a soignée et je voudrais tout rendre, tout résoudre par mon existence.
Mais ça ne guérit personne quand je parle.
Je fais couler mon poison
Pour le sortir
Ça ne fait de bien à personne
Je me sens seule
Tout en sachant que je ne suis pas unique
Et si je n'ai pas cette identité
J'existe comment ?

Marginale marginale
Pas assez marginale

Je veux danser sous la pluie
Enfin être
Libre
Et sauvage
Et pas
Junto a la vida
Mais ancrée
Les pieds dans cette non-abstraction
Et devenir arbre
Semblable à tous
Et nécessaire.

1 commentaire: